Sun, 25th June 2017 | Updated Tuesday 20 June 2017, 04:53:43    

Un premier plan financier commun pour les aires protégées aux Seychelles

Seychelles Nation 21-October-2016:Hier, un ensemble d’acteurs ont été invité à un atelier, à la salle de conférence de STC, par le service de coordination du programme GOS-UNDP-GEF, afin de définir un système de financement durable à destination des aires protégées seychelloises.PS Alain

Le projet de financement des aires protégées des Seychelles a démarré depuis mars 2016. A cet effet, le programme GOS-UNDP-GEF, sous l’égide du ministère de l’environnement, du changement climatique et de l’énergie, porte ce projet de 2 776 millions de dollars américains sur une période de cinq ans.  

Au travers de celui-ci, l’une des étapes clé est la formulation du plan national financier des aires protégées. A cette fin, le service de coordination du programme GOS-UNDP-GEF a mis en place cette première journée de travail. Elle avait pour but d’initier, de structurer et de développer le plan financier des aires protégées des Seychelles en tenant compte du contexte local, avec une vision commune de toutes les parties prenantes.

Ainsi, des représentants et des agents du ministère de l’environnement, du changement climatique et de l’énergie ; du ministère des finances, du commerce et de l’économie bleue ; du conseil national du tourisme ; de l’autorité des parcs nationaux des Seychelles ; des ONG Seychelles Islands Foundation, Marine Conservation Society of Seychelles (MCSS), Nature Seychelles (NS), Green Islands Foundation (GIF) et bien d’autres organisations environnementales à but non lucratif, étaient présents.

Alain Decommarmond, le secrétaire général du département de l’environnement, a insisté sur le fait qu’il était temps d’avoir un système durable de financement des aires protégées, qu’elles soient terrestres ou marines. Selon lui, il était important que les projets co-existants, que le secteur privé, que les institutions, que les organisations non gouvernementales (ONG), que les ministères et que toutes autres organisations puissent travailler en synergie et en collaboration  dans le cadre de l’élaboration de ce plan financier des aires protégées.our mieux expliquer le plan en question et les résultats attendus, l’autre pour comprendre l’objectif du plan financier. Andrew Grieser Johns a donné une vue d’ensemble du projet de financement des aires protégées et Andy Rylance a tracé les grades lignes des objectifs. Pour cela,  ce dernier a expliqué ce qu’était le financement durable. Puis, qu’est-ce qu’un plan de financement des aires protégées ? Quels sont les besoins à financer ? En quoi est-ce différent d’un business plan ? Pour terminer sur comment développer ce type de plan de financement ?

L’atelier avait, aussi, pour but de passer en revue le cadre légal, institutionnel et réglementaire d’un système de financement des aires protégées. De même, de faire une analyse des écarts financiers. A titre consultatif, tous les participants ont défini un système de critères pour prioriser les nouveaux mécanismes de financement, toujours dans le cadre du plan financier des aires protégées.

PAF kick off workshop

Sous forme de questions et de discussions, l’ensemble de cette réunion de travail a soulevé des questionnements au niveau des participants, comme un état des lieux complet pour chaque organisation. Qui va manager quelle aire ? Les leviers d’amélioration ? Quels sont les besoins réels ? Et surtout, comment se fera la répartition entre les espaces marins et terrestres ?

Le temps est compté, cette première ébauche du plan national financier des aires protégées sera validée lors d’un atelier le 28 novembre 2016. Il est attendu par des instances internationales précises deux semaines plus tard. Il est fort possible que les Seychelles demandent une dérogation pour mars 2017, selon l’un des participants.

Source: Seychelles Nation@http://nation.sc/article.html?id=251517

About Seychelles

View larger map

Read More

Upcoming Events

Top of Page